De développeur à chasseur de têtes, 10 ans de carrière…

Carrière, Humeur

  • date_range Ajouté
  • person_pin Auteur Sylvain Lareyre


Cela fait 10 ans ce mois-ci que je suis entré dans la vie active. Dix ans, c’est peu et en même temps il s’est passé tellement de choses ! Je me revois encore comme le « petit jeune et dernier arrivé » dans l’équipe et maintenant j’ai le statut de « patron », comme s’amuse à m’appeler mon apprenti…

Je profiterais de ce billet très personnel aujourd’hui pour revenir sur mon parcours. Les réussites sont aussi importantes que les échecs et je tiens à remercier toutes les personnes que j’ai pu croiser.

Je m’allonge dans le canapé ;)

Avant de rentrer dans les détails de ma « vie pro » qui peut-être ne vous intéresse pas, voici une liste non exhaustive de conseils/philosophies que j’ai pu en tirer (vous n’aurez ainsi pas besoin d’aller plus loin) :

  • Etre soi-même quitte à être radical parfois. Ce sera beaucoup plus facile à vivre intérieurement. N’écoutez pas les personnes négatives. Si vous croyez en vous : foncez et donnez-vous en les moyens ! Je le redis : si vous le faites, c’est à fond, pas à moitié ;)


  • Ne pas avoir peur du changement : j’ai « gaspillé » les 5 premières années de ma vie enfermé dans mon confort. Au contraire, pour vivre des expériences incroyables, il faut sortir de sa zone de confort et oser se lancer des challenges.


  • Hacker le système, ne soyez pas un suiveur. En plus de l’émulation de se dire que l’on peut changer le monde, cela ouvre l’esprit et oblige à être curieux, toujours à l’affut de nouvelles choses à apprendre ou à mettre en place. Vous vous retrouverez tout en haut de cette fameuse pyramide de Maslow, l’accomplissement.


  • Soyez passionné, cela va de pair avec le point précédent. Sans intérêt pour son domaine, on finit par vite s’ennuyer et ne plus aimer ce que l’on fait. J’ai trouvé ma passion : aider les gens et justement le recrutement change en bien la vie des gens.


  • Ne pas courir après l’argent. J’avais lu ça sur Linkedin, un développeur se plaignait des recruteurs qui lui proposaient des salaires toujours plus importants pour qu’il les rejoigne. Malgré les crédits ou la famille à nourrir, on n’a pas besoin d’avoir 3 steacks dans l’assiette à chaque repas. Et c’est vrai !

Allez c’est parti, on jette un coup d’œil dans le rétro !


Les débuts, l’insouciance…

Septembre 2007 et fraichement diplômé d’un Master 2 en informatique, je continue en CDI dans la SSII qui m’a pris en stage. On m’avait vendu du rêve : « vous devez être chef de projets ». La réalité était plus terre à terre.

Pendant 5 ans j’ai été développeur avec un changement de société de services au milieu. Les projets et les missions se sont enchainés mais la motivation et la passion n’étaient pas là. Ce sont plutôt des années que j’ai « subi ». Quand on est ingénieur, il faut s’auto-former et rester au fait des avancées et des nouvelles technologies. Sans quoi, la routine s’installe, l’argent rentre mais on perd en compétences et les missions proposées se dégradent au fur et à mesure, inéluctablement… Bref, je n’étais peut être pas fait pour ce job ?

Après l’enfance et l’adolescence à se chercher, le temps de la maturité…


La prise de conscience et la révélation : le recrutement !

Avant de devenir un consultant aigri, mercenaire et ennuyeux (attention, tous les développeurs ne le sont pas, loin de là !), j’ai fait un choix de carrière surprenant : abandonner la technique et basculer dans le recrutement. La réflexion a été intense mais j’ai toujours eu cette petite phrase en tête : soi tu aimes ton job soit tu le quittes. Beaucoup de personnes m’ont encouragé et d’autres m’en ont dissuadé ou m’ont pris pour un fou (sans le dire mais je le voyais bien). Heureusement, je n’ai pris que ce qui était positif pour tracer ma route !

Changer le monde, c’est un leitmotiv chez moi. Rapprocher les candidats et les recruteurs IT en SSII, la tâche était peut-être trop complexe ? Bref, me voilà devant un téléphone début janvier 2013 pour appeler des candidats. Avec une formation courte, il me faudra apprendre sur le tas. Au début je faisais comme tout le monde : annonces et CVthèques. C’est vraiment inhumain et le contact avec les candidats est très impersonnel…

Et puis c’est la révélation, alors que je n’avais jamais fait de veille en tant que développeur, je me mets en quête de nouvelles idées et façons de faire. Je me renseigne sur tout ce qui touche au recrutement innovant. C’est le coup de foudre : j’ai adoré faire rentrer la technique dans le recrutement et se rapprocher des candidats.

Le grand saut dans le recrutement !


Ça y est, je suis recruteur... Puis je monte ma boite !

Les résultats sont bons et avec beaucoup de travail, je continue à monter en compétences. Mais j’ai toujours en tête la remarque d’un collègue : « je n’ai pas de conseil à recevoir de toi, j’ai 10 ans de carrière dans le recrutement ». Avec le recul aujourd’hui, le titre de Meilleur Sourceur de France #RMSConf a été un challenge bien plus important que de changer de métier. Et celui aussi qui m’a « légitimé » et permis de trouver ma voie.

Après avoir réussi tout cela, j’étais encore loin de réaliser le parcours qui m’attendait. Si on m’avait dit 6 mois après que j’allais créer ma propre boite, j’aurais rigolé. Finalement je l’ai fait, toujours guidé par l’envie de faire un travail pour le bien des gens et écœuré des sociétés de services…

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je n’ai jamais été motivé par l’argent. 3 fois sur mes 4 grands changements de carrière, je suis resté à un salaire équivalent ou parti pour moins. Aujourd’hui je gagne le salaire que j’avais en début de carrière. Ridicule ? Non, car c’est un investissement pour le futur et je suis bien plus heureux aujourd’hui qu’avant. J’ai (enfin) la satisfaction de proposer un vrai job en client final à mes candidats. Le titre ne veut rien dire mais je me sens bien plus chasseur de têtes que chargé de recrutement maintenant.

Après 1 an et demi à faire connaitre et grandir JobOpportunIT avec mon associé, je constate encore une fois que le travail et l’investissement payent. Nous ne sommes pas parfaits, nous pouvons encore nous améliorer mais nous essayons sincèrement de faire les choses bien. Aujourd’hui, nos clients et candidats nous en remercient quasi quotidiennement. Je recrute d’ailleurs dans mon équipe sur Sophia Antipolis, si vous avez envie de rejoindre notre grande aventure et faire partie des pionniers de JobOpportunIT, c’est ici.

J’ai trouvé ma voie, mais quoi pour la suite ?


Conclusion et remerciements

Et voilà, 10 ans pour en arriver là sachant qu’il reste encore de nombreuses années avant la retraite ! Que me réserve le futur, faire de la formation à plein temps ? Ponctuellement je fais des formations pour les entreprises en « Sourcing et Recrutement 2.0 » grâce à Haastin. Je donne également des cours tous les ans dans les écoles informatiques et j’adore ! Enseigner et partager, c’est vraiment valorisant…

Mais difficile à dire, je préfère saisir les opportunités plutôt que de faire des plans sur la comète ;)

Je ne pourrais pas terminer ce billet sans remercier les 5 personnes qui ont le plus compté pour moi.  On ne se construit pas tout seul et certaines personnes ont une influence formidable sur les gens. Un immense merci à :

  • Pierre-François pour son expertise, sa patience, ses explications et m’avoir fait monter en compétence quand j’étais un jeune dev.
  • Carole, le meilleur manager que j’ai jamais eu, pour m’avoir formé, donné ma chance dans le recrutement avant de me laisser partir.
  • Nicolas pour son écoute et me faire vivre des expériences formidables en formation. Il a eu confiance en moi dès le début et m’a beaucoup encouragé.
  • Jean-Pierre, mon associé, pour m’avoir encore fait passer un cap et permis de créer ma boite. Il a encore réussi à me faire sortir de ma zone de confort et me permettre de faire un job incroyable. Ce qui est fou, c’est que tout nous oppose et pourtant ça marche :)
  • Pamela, ma compagne, qui a dû me supporter et s’est occupé de beaucoup de choses pendant que je n’étais pas là. C’est à elle aussi que l’on doit le nom de JobOpportunIT ;)